Les smartphones geants font une vraie percee

Les smartphones géants font une vraie percée.

Tous les grands rivaux du coréen préparent leurs modèles pour cette année.

C’est le nouveau buzz qui agite l’univers de la high-tech. Selon l’agence Reuters, Apple envisage d’élargir sa gamme d’iPhone avec la sortie, d’ici l’an prochain, de modèles dotés d’écrans plus grands : l’un de 4,7 pouces (11,9 cm), l’autre de 5,7 pouces (14,9 cm). Si cela se confirme, le groupe californien succomberait alors à la mode des « phablettes ». De quoi donner un peu de plus de crédit à ce nouveau segment de marché, aujourd’hui en plein boom.

La définition d’une « phablette » – le mot vient de la contraction des termes anglais « phone » et « tablet » – peut varier selon les fabricants et les analystes. Leur principale caractéristique réside néanmoins dans la taille de l’écran, qui évolue généralement entre 5 et 6,9 pouces. Samsung fut l’un des précurseurs sur ce marché, avec la sortie fin 2011 du Galaxy Note. Equipé d’un écran de 5,3 pouces et fourni avec un stylet, l’appareil a rapidement conquis le public, malgré le scepticisme initial des observateurs. Sur les neuf premiers mois, plus de 10 millions d’exemplaires ont été écoulés. Un deuxième modèle est sorti à l’automne dernier, et un troisième suivra cette année.

Usage créatif

La réussite du Note a poussé Samsung à lancer une nouvelle gamme baptisée Galaxy Mega, disponible ce mois-ci, avec un écran plus grand (6,3 pouces) mais sans stylet. « L’arrivée de cette nouvelle gamme permettra de démocratiser un peu plus le modèle des phablettes », commente une porte-parole de Samsung France. « Au départ, on était plutôt sur un marché de niche, avec des produits axés sur un usage très créatif, se rappelle Florence Paour, directrice marketing terminaux chez OrangeMais le positionnement a changé, et la cible s’est élargie. On est désormais sur une vraie tendance de marché ». En France, les « phablettes » représentaient 2,5 % des ventes de smartphones en 2012 chez l’opérateur historique. La proportion devrait croître cette année, avec l’arrivée de nouveaux modèles chez les concurrents de Samsung.

Le succès rencontré par le sud-coréen a en effet convaincu les autres fabricants de se lancer. Les chinois ZTE, Huawei et Lenovo ont dévoilé leurs modèles en début d’année. HTC, Sony et Nokia travailleraient eux aussi sur de nouveaux terminaux pour 2013. Le potentiel de croissance de ce marché a de quoi séduire les géants du secteur. Selon une étude du cabinet IHS iSuppli, il se vendra plus de 60 millions de « phablettes » cette année, contre 25 millions en 2012. Dans trois ans, ce chiffre dépasserait les 150 millions d’unités. Pour la banque Barclays, ce marché atteindrait alors 135 milliards de dollars. C’est notamment en Asie que ce type de terminaux devrait rencontrer le plus de succès.

Le boom des smartphones et de la mobilité tire naturellement la croissance. « Les utilisateurs consomment de plus en plus de contenus sur leurs téléphones, ils surfent sur le web, réalisent des appels vidéo et passent de plus en plus de temps à jouer, décrit Joshua Flood, analyste chez ABI Research. Pour tous ces usages, un grand écran est préférable ». L’arrivée de la 4G sera un autre facteur de croissance. « L’expérience utilisateur sera encore optimisée avec une meilleure qualité de transmission et de rendu de l’image », espère-t-on chez Samsung.

Reste à savoir si la nouvelle mode des « phablettes » ne viendra pas cannibaliser les mini-tablettes, dont l’écran mesure 7 pouces. Compte tenu de l’exceptionnelle croissance du marché des tablettes, le problème ne se pose pas pour l’instant. « Les usages ne sont pas identiques, considère Florence Paour, chez Orange. Les tablettes, si petites soient-elles, se manient davantage en mode horizontal par exemple ». Une chose est sûre : les frontières entre les différents terminaux mobiles deviennent de plus en plus poreuses.

 

source : http://www.lesechos.fr/

Mobiles : la guerre des OS ne fait-elle que commencer ?

Mobiles : la guerre des OS ne fait-elle que commencer ?

Alors que le marché des OS mobiles était relativement calme il y a quelques années, partagé entre Windows Mobile, Blackberry OS et Symbian, dont les parts de marché variaient relativement peu, l’arrivée d’iOS en 2007, puis d’Android un an plus tard ont profondément bouleversé ce marché, en le réorientant vers le grand public. Seul RIM OS y a survécu, Symbian étant abandonné par Nokia, tandis que Windows Phone peine à retrouver les parts de marché de son ancêtre.

Après une année 2012 relativement stable, qui n’a vu que la confirmation des grandes tendances observées en 2011, on aurait pu penser que la guerre des OS mobiles était en passe de se terminer, du moins sur le marché des smartphones.

C’était sans compter sur deux nouveaux OS mobiles qui vont arriver prochainement, et tenter à leur tour de piquer des parts de marché aux deux leaders en place…

Commençons par le plus menaçant, qui arrivera dès 2013 : Tizen. Ce nom ne vous est peut-être pas étranger, cet OS ayant été annoncé il y a plus déjà plus d’un an. Il est principalement soutenu par trois acteurs, et non des moindres : la Fondation Linux, Intel et Samsung. Ce dernier a d’ores et déjà annoncé qu’il sortira son premier smartphone Tizen au Japon cette année, probablement au premier semestre. Un OS Samsung, ce n’est pas franchement nouveau, puisque le Coréen avait déjà un OS maison pour ses appareils d’entrée de gamme (Bada), mais cette fois, c’est le segment haut de gamme que Samsung vise, en s’attaquant donc frontalement à son partenaire Google et à Apple. Tizen devrait bien entendu supporter les smartphones à base de processeur x86, mais aussi les modèles ARM.

Un OS mobile n’ayant plus aucune chance sans un bon catalogue d’application, Tizen mise, au moins dans un premier temps, sur la compatibilité avec les applications Android. Un point qui risque de ne pas faire plaisir un Google, et pourrait peut-être expliquer un tout récent changement au niveau du SDK Android : s’il reste open-source, il hérite d’une licence subtilement modifiée, qui interdit désormais toute utilisation non explicitement autorisée par la licence, fermant ainsi la porte à tout nouveau fork du SDK. Une précaution au cas où Samsung serait tenté de faire un SDK Tizen basé sur le SDK Android ? Fini la liberté…

L’autre nouvel acteur, qui arrivera en fin d’année, voire en début d’année prochaine, c’est Canonical, l’éditeur de la distribution Linux Ubuntu, qui va adapter cette dernière aux smartphones (mais également aux tablettes et aux TV connectées). Après avoir séduit plusieurs grands constructeurs d’ordinateurs, Canonical espère donc faire de même avec les constructeurs de smartphones. L’éditeur risque par contre de se heurter à des difficultés côtés applications, car contrairement à Tizen, Ubuntu nécessitera des applications spécifiquement développées pour lui. En contrepartie de cette contrainte, Canonical mise sur un développement dans des langages plus bas niveau (C/C++), plutôt que sur des applications s’exécutant en machine virtuelle, ce qui devrait permettre des performances plus élevées et faciliter le portage d’application Ubuntu PC vers Ubuntu smartphone. Là aussi, la compatibilité sera assurée avec les processeurs ARM et x86, mais, développement natif oblige, ce ne sera pas une mince affaire du côté des applications.

Le principal atout d’Ubuntu pour smartphone pourrait résider dans sa capacité à s’adapter à un grand écran et à un couple clavier souris pour transformer le smartphone Ubuntu en véritable PC sous Ubuntu, avec une vraie interface d’ordinateur, et pas simplement une interface mobile agrandie. Canonical avait déjà fait il y a quelques temps une démonstration d’Ubuntu pour Android, qui permettait de transformer un smartphone Android en ordinateur Ubuntu en le connectant à un dock. Canonical mise également sur une fragmentation moins importante que dans le monde Android, en limitant les modifications d’interface effectuées par les constructeurs de smartphones.

Enfin, en plus de ces deux nouveaux acteurs, il ne faut pas encore enterrer Windows Phone, qui n’a pas dit son dernier mot, ni Mozilla, dont le Firefox OS pourrait également venir jouer les trouble-fête s’il parvient à convaincre quelques constructeurs.

Derrière ces annonces se profilent aussi des évolutions importantes du côté des applications… En effet, la multiplication des plateformes mobiles ne va pas faciliter la tâche des développeurs, qui doivent déjà jongler entre plusieurs OS très différents et faire avec la fragmentation logicielle et matérielle. Ces complications pourraient les pousser à revenir aux applications web (éventuellement empaquetées dans une application native) en HTML5, pour réduire au strict minimum le code spécifique à une plateforme donnée. De quoi espérer pouvoir à terme passer plus facilement d’une plateforme à l’autre en conservant toutes ses applications…

On le voit donc, la guerre est encore loin d’être jouée. Si iOS pourrait être relativement épargné, ce ne sera pas le cas d’Android, qui sera très exposé, en particulier face à Tizen. iOS pourrait peut-être même en profiter, l’affaiblissement d’Android pouvant inciter certains développeurs à privilégier à nouveau iOS, d’autant plus que même avec sa part de marché actuelle face à Android, iOS reste privilégié par de nombreux développeurs, grâce à nombre réduit d’appareils et de versions à gérer.

L’évolution dans les deux ou trois années à venir risque fort d’être particulièrement intéressante à suivre, et bien malin celui qui saura prédire la part de marché des différents OS en 2015… Les paris sont ouverts. Espérons tout de même que face à ces nouveaux concurrents, les acteurs en place riposteront plus par l’innovation que par la voie judiciaire.

source : www.macbidouille.com

iPhone 5 : pourquoi nous ne sommes plus addict ?

Mes copains n ont pas arrete de me demander le 12 septembre, ca y est ? tu as commande l Iphone 5 ?

Ci dessous un excellent article de Guy Nogues qui vous explique pourquoi l Iphone 5 est forcement un excellent produit mais qui ne cree pas la rupture…

iPhone 5, un « non-événement » ?

Publié le samedi 15 septembre 2012

L’après 12 septembre !

Apple invite September 12Le monde de l’informatique c’est arrêté de tourner le 12 septembre 2012 entre 19h et 21h (heures de France) ; Tim Cook, le nouveau patron d’Apple, présentait quelques nouveaux produits et services, mais la vedette du spectacle était l’iPhone 5.

Cet événement majeur avait même obligé le tandem Nokia-Microsoft à avancer l’annonce de leur nouvelle vedette, le Lumia 920, dans la semaine qui précédait, quitte à ne pouvoir donner aucune précision sur des informations secondaires telles que le prix, la date de disponibilité et les opérateurs qui allaient le commercialiser.

J’ai laissé passer quelques jours après cette annonce, pour que les caractéristiques de base de l’iPhone 5 soient mieux connues ; je vous propose maintenant une vision objective, calme et stratégique de ce nouveau smartphone.

Avant d’aller plus loin, je vous laisse regarder cette courte vidéo (en anglais) qui montre la réaction de personnes à qui l’on présente un iPhone 4 en leur faisant croire que c’est un iPhone 5 ; instructif !

 

l’iPhone 5 : les faits

Iphone5 vs iphone4sDepuis 3 jours, on a tout lu sur ce sujet, depuis des personnes disant que l’iPhone 5 allait régler les problèmes de l’économie américaine en rajoutant 0,5 % de croissance, à ceux, moins nombreux, qui faisaient part de leur déception.

L’iPhone 5 est-il un très bon smartphone ? Oui, bien sûr !

L’iPhone 5 est-il un progrès par rapport à l’iPhone 4S ? Oui, bien sûr !

La nouvelle série 3 BMW est-elle un progrès par rapport à l’ancienne ? Oui, bien sûr !

A-t-on jamais vu la nouvelle version d’un produit être moins performante que l’ancienne ?

L’iPhone 5 est plus rapide (un peu plus), plus léger (un peu plus), plus fin (un peu plus), son écran est plus grand (un peu plus), il peut fonctionner sur les réseaux 4G-LTE (avec de nombreuses réserves)… Tim Cook a présenté, « à la Steve Jobs », ces « extraordinaires » améliorations.

Caracteristics iphone 5 vs Galaxy IIIOn trouve sur Internet des dizaines de tableaux comme celui-là, comparant l’iPhone 5 à des smartphones commercialisés depuis plusieurs mois tels que le Galaxy III.

Quel est le vainqueur ? Cette question n’a plus beaucoup de sens, ils sont tous les deux excellents et ce serait au mieux une victoire aux points, car chacun est meilleur dans certains domaines, moins bon dans d’autres.

Prix France iPhone 5 nuReste quand même un gros point noir, les prix de vente de l’iPhone 5. Je ne parle pas des prix « subventionnés » avec abonnements de 24 mois, que plus personne ne va utiliser tant ils sont prohibitifs, mais du prix « nu ».
Apple France vient de publier les prix, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très très cher. Je viens d’acheter à l’un de mes fils qui rentre à l’Université un PC portable 15 pouces Asus, processeur Intel i7, 8 Go de mémoire vive et il m’a coûté moins cher que la version d’entrée de gamme de l’iPhone 5 ; surprenant !

Amazon Samsung Galaxy NexusJe viens aussi d’acheter sur Amazon un smartphone Samsung Galaxy Nexus, car mon bon vieux compagnon Android de 2009 a fait une chute dans une piscine et… il n’a pas beaucoup aimé.

Son prix de vente nu est de 379 €, ce qui fait que l’iPhone 5 est quand même 80 % plus cher que le Galaxy ; on réfléchirait à moins avant de choisir.

Fnac Samsung Galaxy NexusJe ne résiste pas au plaisir de publier la page du site Web de Fnac.com, qui commercialise aussi le Samsung Galaxy Nexus, en déclarant qu’il fonctionne sous… Windows Mobile ! C’est probablement le meilleur moyen trouvé par Microsoft pour pouvoir dire qu’il y a au moins un smartphone Windows qui a du succès ! (image prise le 14 septembre 2012.).

Essayons maintenant de comprendre pourquoi l’iPhone 5 ne pouvait plus susciter l’enthousiasme des foules.

 

L’iPhone, une innovation de rupture, en 2007

Une fois de plus, je vais utiliser le modèle de l’innovation de Christensen, que j’avais longuement présenté dès 2006 et que je référence souvent dans ce blog.

En 2007, quand il a été annoncé pour la première fois, l’iPhone était unevéritable innovation de rupture.

Christensen- Smartphones 2007Quelle était la situation du marché en 2007, au sens de Christensen ?

Le marché des téléphones mobiles et des « assistants personnels » était dominé par de grands acteurs tels que Nokia, Palm, BlackBerry ou Windows Mobile.

Et n’oublions pas qu’Apple n’avait jamais fabriqué un seul téléphone avant de commercialiser le premier iPhone !

Au lien d’attaquer de front les leaders du marché, et Christensen a démontré que cela ne fonctionne jamais, Apple a proposé un produit de rupture et imparfait (la 3G n’était pas disponible sur ce modèle).

Les réactions des grands acteurs historiques, prévisibles, ont été de ne pas prendre au sérieux ce nouveau « jouet », comme le montre la célèbre vidéo de Steve Ballmer, que j’avais présentée dans un billet récent.

Ce qui c’est passé ensuite est l’une des plus belles illustrations de la valeur du modèle de Christensen ; les nouveaux modèles d’iPhone, et les smartphones Android (Google aussi n’avait jamais commercialisé des téléphones mobiles classiques) ont marginalisé, en moins de 5 années, les anciens leaders.

 

L’iPhone 5, une innovation de continuité, en 2012

En 2012, la situation a totalement changé : les smartphones sont devenus des outils banalisés et sont maintenant sur la droite « innovations continues » du graphique de Christensen.

Christensen- smarphones 2012Les smartphones Android de 2012 et l’iPhone 5 viennent de passer au-dessus de la droite qui définit les attentes des utilisateurs « normaux ». Il faudra dorénavant dépenser beaucoup d’argent en marketing pour « convaincre » le marché que les nouveaux modèles sont indispensables.

Mobile OS marketshare 2009 - Q2:2012Les nouveaux leaders, l’écosystème Android et Apple avec les iPhone, ont éliminé les anciennes gloires de 2007, avec 80 % de part de marché au deuxième trimestre 2012.

Si l’on fait confiance au modèle de Christensen, ce que je fais, l’échec des nouveaux challengers, WP 8 fin 2012 et BlackBerry 10 au milieu de l’année 2013 est inévitable. Pourquoi ?

Lumia 920Les smartphones WP8 et BB 10 ne sont pas de mauvais produits, mais ce sont maintenant des « me-too », des outils peu différents de ceux des leaders Android et iPhone. Christensen a clairement montré que quand les produits leaders du marché sont déjà surdimensionnés par rapport à la demande il est quasiment impossible de les déloger. Dans le monde de l’informatique, Open Office contre Office et Linux contre Windows sur les postes de travail sont d’excellentes illustrations de ce phénomène.

Tant que les smarphones de demain ressembleront à ceux d’aujourd’hui, Android et iOS peuvent dormir tranquilles, comme l’a fait Windows sur les PC pendant plus de 20 ans.

Oui, mais… l’innovation s’accélère, en particulier dans le domaine des objets mobiles. Je pronostique qu’il ne faudra pas attendre 2016 pour voir apparaître de « nouveaux objets de rupture », que je propose d’appeler pour le moment des SMD « Smart Mobiles Devices ».

 

Quelles innovations de rupture, demain

Il faudra attendre la prochaine « génération de rupture » pour que l’innovation redémarre vraiment.

Va-t-elle apparaître ? Oui bien sûr !

Quand ? Avant 2016 !

Un fournisseur, probablement un nouvel entrant sur le marché, va, un jour, annoncer un SMD profondément différent des meilleurs smartphones du moment.

Christensen- L'après smarphonesCe nouvel objet sera certainement accueilli avec scepticisme par les leaders du marché.

Chacune, chacun d’entre nous peut avoir des idées sur ce qui fera que la prochaine génération de SMD sera profondément différente de celle des meilleurs smartphones actuels.

Je vous propose quelques pistes de réflexion :

  • Des batteries qui durent plusieurs jours, en usage intensif.
  • Un circuit radio intelligent et adaptatif, capable de se synchroniser sur toutes les fréquences, sur toutes les technologies de réseaux, CDMA, HSPA, LTE, Wi-Fi… pour créer un véritable SMD mondial.
  • Un affichage tête haute, qui ne demande plus d’écran, un peu comme le proposent aujourd’hui les « lunettes Google ». C’est l’une de mes pistes préférées !

Défilé mode Diane Von Furstemberg Google GlassPour la première fois, une partie des mannequins qui ont défilé pour la nouvelle collection de Diane Von Furstenberg à New York portaient les « Google Glass », assorties bien sur à la couleur de leurs vêtements !

Je vous laisse aussi regarder cette vidéo, qui vous permet, en première mondiale, d’assister à ce défilé comme si vous étiez l’une d’entre elles.

  • Entièrement piloté à la voix, multilingue, pour ne plus avoir besoin de clavier, d’écran tactile ou de crayon, pour rentrer des données ou pour gérer le SMD.
  • Construit avec des composants modulaires : des petits boitiers qui contiennent tous les processeurs, les mémoires, la batterie et la partie radio, que l’on peut mettre n’importe où, dans sa poche, à sa ceinture, dans son sac… et qui communiquent sans fil avec tous les périphériques d’affichage ou de saisie.

— A vous d’imaginer d’autres pistes de recherche…

 

En résumé :

L’iPhone 5 est un très bon smartphone « traditionnel », comme le sont maintenant tous les smartphones sérieux du marché. Nous sommes rentrés dans une période d’améliorations continues, mais incrémentales.

Waiting-for-iphone-4sIl y aura toujours des fans d’Android ou d’iPhone pour être persuadés que leur smartphone est bien meilleur que la concurrence, comme il y a des fans de BMW ou d’Audi.

Pendant les 2 ou 3 années qui viennent, je pense, et j’espère que les choix se feront plus sur des critères objectifs, tels que les prix de vente ou les coûts totaux de possession.

Et puis, un jour, en 2015 ou en 2016 (avant, ce serait génial), j’aurai le plaisir d’écrire un billet sur l’arrivée des premiers SMD proposant des innovations de rupture, comme je l’avais fait il y a quelques mois sur l’interface 3D LeapMotion.

 

source : http://www.zdnet.fr/blogs/entreprise-2-0/

Les bonnes surprises d iOS 5.1

Les bonnes surprises d’iOS 5.1

 

C’est désormais une habitude (on pourrait presque parler de tradition) : chaque sortie de nouvel iPhone ou iPad est accompagnée d’une mise à jour logicielle du système d’exploitation des terminaux mobiles Apple.

L’annonce de la sortie du « nouvel iPad » n’a pas failli à la règle, et la mise à jour de iOS 5.0.1 vers 5.1 était disponible immédiatement après la keynote du 7 mars. Si l’annonce du nouvel iPad en a laissé certains dubitatifs [1] mais que ce doute ne se traduit visiblement pas dans les intentions d’achat puisque la nouvelle tablette d’Apple est déjà en rupture de stock avant même les première livraisons, la mise à jour recèle quelques petites fonctionnalités fort sympathiques, qui ne sautent cependant pas aux yeux.

J’en ai noté (et adopté) quatre qui valent vraiment le détour (mais j’en ai sûrement oublié). Les voici.

Le déverrouillage immédiat de l’appareil-photo

Jusqu’à présent, lorsque vous vouliez prendre une photo ou une vidéo rapidement alors que votre iPhone était verrouillé, vous aviez le choix entre deux solutions : ne pas avoir le temps ou la rater. Avec la nouvelle fonctionnalité, il suffit de faire glisser vers le haut l’icône photo située en bas à droite de l’écran et hop c’est fait.

La possibilité de supprimer des photos individuellement du flux iCloud

iCloud était un peu psychorigide : vous ne pouviez pas supprimer une photo individuelle du flux. Résultat, en cas de doublon compromettant vous n’aviez qu’une solution : tout virer et réinitialiser le flux via icloud.com ou via l’application sur PC ou Mac. Vous pouvez maintenant supprimer une photo individuellement de votre flux sur l’iPhone. Rien ne change en revanche pour iCloud.com et les utilitaires PC.

L’intégration profonde de Siri dans toutes les applications permettant de saisir du texte

C’est pour moi la nouveauté la plus marquante, et la plus impressionnante. Avec la mise à jour iOS 5.1, une nouvelle icône « micro » fait son apparition dans le clavier du nouvel iPad (mais disponible uniquement sur celui-ci avec l’arrivée de Siri). déjà présente sur l’iPhone 4S, et elle pourrait bien tout changer. Il simple clic sur cette icône quand vous êtes en mode saisie de texte (dans Email, Notes, SMS, etc…) vous permet de saisir du texte à la voix (speech to text). Le résultat est étonnant de précision, même en dictée rapide dans un lieu relativement bruyant, et c’est enfin la fonction que l’on attendait sur un smartphone. Rappelons qu’elle est déjà – partiellement – implantée dans Android et d’une autre façon, dans Windows Phone, mais l’intégration avec Siri me semble d’une précision dans la reconnaissance inégalée. Je ne constate pratiquement aucune erreur, même dans une dictée hésitante. Génial.

L’autonomie très sensiblement améliorée

Les avis sont partagés sur ce point (comme souvent) et je vous livre donc mon expérience personnelle. L’autonomie de mon iPhone 4S était absolument catastrophique puisque dans le meilleur des cas il tenait au maximum 4 heures en veille, GPS et Siri désactivés. Depuis la mise à jour son autonomie a simplement… doublé, voire davantage, puisque à utilisation équivalente il tient facilement 8 à 10 heures maintenant, mais il se pourrait même que ce soit plus. En fait je pense que j’étais tombé sur un modèle défectueux au niveau non seulement de la batterie mais également de la sensibilité de réception (antenne ?) puisque j’étais très fréquemment en « Réseau indisponible » là où d’autres collèges en iPhone 4S captaient sans problème avec une bonne intensité. Résultat en chaîne : le mobile était toujours en recherche de réseau et du coup vidait la batterie très rapidement. Ne me demandez pas pourquoi (il faudrait poser la question aux ingénieurs Apple) mais depuis cette mise à jour il semblerait que ces bugs aient été corrigés et c’est pourquoi je constate une amélioration spectaculaire de l’autonomie. Je pense que ce ne sera pas le cas pour tout le monde, mais si j’en crois les témoignages que j’ai reçus j’étais loin d’être le seul dans ce cas.

Une mise à jour fort bienvenue donc, qui rend de nouveau l’iPhone utile et utilisable (en tout celui de ceux qui étaient dans la même situation que moi), et il était grand temps.

 

source :  www.presse-citron.net/