Steve Jobs de nouveau malade lache la direction operationnelle d Apple

Steve Jobs de nouveau malade lâche la direction opérationnelle d’Apple

  • Le PDG d’Apple vient d’envoyer un mail à tous ses employés dans lequel il indique avoir besoin de se soigner. Il conserve la présidence mais délègue pour sans doute plusieurs mois les opérations courantes à Tim Cook.
  • Le charismatique Steve Jobs annonce dans un communiqué diffusé à l’ensemble du personnel d’Apple qu’il prend du large pour s’occuper de sa santé. Il reste cependant CEO de l’entreprise tout en déléguant à Tim Cook la gestion des opérations courantes.
  • Le communiqué intégral  (en anglais) est le suivant :
  • « Team,
  • At my request, the board of directors has granted me a medical leave of absence so I can focus on my health. I will continue as CEO and be involved in major strategic decisions for the company.
  • I have asked Tim Cook to be responsible for all of Apple’s day to day operations. I have great confidence that Tim and the rest of the executive management team will do a terrific job executing the exciting plans we have in place for 2011.
  • I love Apple so much and hope to be back as soon as I can. In the meantime, my family and I would deeply appreciate respect for our privacy
  • Steve »
  • Pour le moment, rien n’a filtré quant aux raisons qui ont conduit à cette décision. Rappelons que M. Jobs avait subi une greffe du foie voici deux ans et qu’il a été atteint d’un cancer. Suite à cette transplantation, il avait activement contribué (mais en toute discrétion) à faire évoluer la loi américaine en la matière afin de faciliter ce type d’opérations quel que soit l’Etat américain dans lesquels pouvaient se trouver le donneur et le receveur.
  • Comme le précisent nos confrères de Business Insider, il n’y aucun doute sur les compétences de M. Cook qui avait exercé brillamment ce poste voici deux ans. Toutefois, ajoutent-ils, l’implication totale de Steve Jobs dans le processus de développement de nouveaux produits pourrait s’avérer préjudiciable pour Apple si l’arrêt maladie était de longue durée voire si le fondateur d’Apple était obligé de prendre sa retraite.
  • Apple doit annoncer ses résultats dans la journée de demain. Plus de détails seront peut-être communiqués à cette occasion mais Steve Jobs est toujours resté très discret sur ce sujet et la conférence de demain ne devrait pas faire exception à la règle.

source : linformaticien.fr   lundi 17 janvier 2011 par Stéphane Larcher

Le navigateur Firefox a detrone en Europe son concurrent historique Internet Explorer en decembre 2010

Au mois de décembre2010, le navigateur Firefox a détrôné en Europe son concurrent historique Internet Explorer, selon la société StatCounter. C’est la première fois que le navigateur de Microsoft perd sa place de leader sur le marché européen.

D’après les chiffres de StatCounter, spécialisé dans la mesure d’audiences sur Internet, les parts de marché de Firefox en décembre s’élevaient à 38,11% en Europe, contre 37,52% pour Internet Explorer. « C’est la première fois que IE a été détrôné de la première place du classement sur un territoire majeur » a commenté Aodhan Cullen, président de StatCounter. Toutefois, cet inversement de tendance est davantage lié à la désaffection du public pour Internet Explorer qu’aux performances de Firefox. Si IE est en chute libre depuis plus d’un an (ses parts en Europe s’élevaient à près de 45% en décembre 2009), l’audience du navigateur libre de Mozilla a peu évolué : 40,8% en décembre 2009, 37,94% en juillet 2010, et 38,11% en décembre dernier.

La chute d’Internet Explorer a en fait essentiellement profité à Chrome, qui a vu sa part passer de 5% en décembre 2009 à 14,58% douze mois plus tard. Le navigateur de Google devient ainsi le troisième browser le plus utilisé par les internautes européens, loin devant Safari d’Apple (4,62%) et Opera (4,57%). Autre facteur d’explication du déclin d’IE en Europe, la mise en place, en mars dernier, du « Ballot Screen » (ou « écran multi-choix ») sur les ordinateurs équipés de Windows. Afin de se conformer aux exigences de la Commission européenne, Microsoft a en effet été contraint de laisser aux utilisateurs de son système d’exploitation le choix du navigateur qu’ils souhaitent installer sur leur PC pour surfer sur la Toile.

En Amérique du Nord, IE reste encore leader du marché des navigateurs, avec une avance confortable sur Firefox : 48,92% pour le premier, contre 26,7% pour le deuxième. Là aussi, Chrome a réalisé une véritable percée en grimpant de 5,31% en décembre 2009 à 12,82% en décembre 2010.

Les statistiques mensuelles de StatCounter sont réalisées sur la base d’un échantillon de 15 milliards de pages vues sur la Toile, représentant quelque 3 millions de sites Web.

Pour Google l avenir des OS est dans le cloud

  • Pour Google, l’avenir des OS est dans le cloud
  • Evidemment ! Après avoir lancé Chrome OS timidement, on ne doutait pas des intentions de Google et de la stratégie cloud. Pour le géant de Mountain View, les Windows et autres OS X ont du souci à se faire.
  • « Bien entendu, je pense qu’un tel scénario dépend des utilisateurs et de leur comportement. Sur le long terme, j’en suis convaincu ». C’est ce qu’a expliqué Caesar Sengupta, directeur de la gestion produit chez Google, parlant bien sûr indirectement de Chrome OS.
  • « Et oui, je pense que nous aurons perdu si le cloud computing ne devient pas la manière dont on utilise un ordinateur », affirme-t-il encore. Toujours selon lui, des centaines de millions d’utilisateurs sont déjà prêts à adopter cette « technologie ». « Pour la plupart de ces utilisateurs, un système comme Chrome OS remplacera immédiatement leurs machines actuelles, puisque les applications web sont plus efficaces ».
  • « Il n’y a que très peu d’applications qui retiennent les utilisateurs à passer en mode cloud, comme Outlook, Photoshop ou encore iTunes. Les versions cloud deviendront meilleures très rapidement », ajoute Caesar Sengupta, précisant que « Chrome OS propose tout ce que les utilisateurs souhaitent avoir, avec les contraintes en moins ».
  • « Par exemple, pour les backups, que se passe-t-il si l’ordinateur ne fonctionne plus ? Les virus et les malwares ! Ce sont des choses que nous essayons de résoudre : une machine qu’ils peuvent utiliser sans en avoir peur ».
  • source : www.linformaticien.com

Abrogation des règles d’attribution des noms de domaine en « .fr » au 1er juillet 2011

  • Abrogation des règles d’attribution des noms de domaine en « .fr » au 1er juillet 2011
  • Le Conseil constitutionnel, saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d’Etat, a dans sa décision du 6 octobre 2010, déclaré contraire à la Constitution l’article L. 45 du code des postes et des télécommunications électroniques fixant les règles d’attribution des noms de domaine en France.
    • Sur le plan juridique

    • L’article L. 45 du code des postes et des télécommunications électroniques est relatif à l’attribution des noms de domaine sur Internet et confie à des organismes désignés par le ministre l’attribution et la gestion de ces noms de domaine. Le Conseil constitutionnel reproche au législateur d’avoir entièrement délégué le pouvoir d’encadrer les conditions dans lesquelles les noms de domaine sont attribués ou peuvent être renouvelés, refusés ou retirés. Aucune autre disposition législative n’institue les garanties permettant qu’il ne soit pas porté atteinte aux droits de la propriété intellectuelle, à la liberté de communication et à la liberté d’entreprendre.
    • Sur le plan pratique

    • Le législateur a jusqu’au 1er juillet 2011 pour remédier à l’incompétence négative constatée. Tous les actes d’attribution et de gestion des noms de domaine passés avant cette date par l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC) en application du texte litigieux ne peuvent être contestés sur le fondement de cette inconstitutionnalité.
    • L’AFNIC fait remarquer que la censure porte sur la manière dont le législateur a encadré le droit des noms de domaine. Les motifs de cette décision ne remettent pas en cause la désignation de l’AFNIC en tant qu’Office d’enregistrement. En conséquence, les règles actuelles d’attribution et de gestion du « .fr » demeurent inchangées dans l’attente du nouveau cadre législatif (voir www.afnic.fr/actu/nouvelles).
    • Nota : L’AFNIC a été désignée pour exercer la fonction d’office d’enregistrement du domaine de premier niveau du système d’adressage par domaines de l’internet correspondant au « .fr » pour une durée de sept ans par un arrêté du 19 février 2010 (JO 2 mars 2010).
  • Décision n° 2010-45 QPC du 6 octobre 2010, http://www.conseil-constitutionnel.fr
  • source : http://www.les-experts-comptables.com/lettres/20101112/breves/20970.html

Impression sans fil AirPrint d Apple pour iPad, iPhone et iPod touch

  • La fonction d’impression sans fil AirPrint d’Apple pour iPad, iPhone et iPod touch sera disponible en novembre prochain

    Cette fonction sera proposée en premier lieu sur les imprimantes HP ePrint

    CUPERTINO, Californie — le 15 septembre 2010 — Apple® a annoncé aujourd’hui qu’une version bêta de sa fonction d’impression sans fil AirPrint pour iPad™, iPhone® et iPod touch® était mise à la disposition des membres du programme développeurs iOS d’Apple et que cette fonction serait incluse dans la mise à jour gratuite iOS 4.2 disponible en novembre prochain. AirPrint détecte automatiquement les imprimantes d’un réseau local et peut y imprimer du texte, des photos et des graphismes via Wi-Fi, sans avoir besoin au préalable d’installer des pilotes ou de télécharger des logiciels. Les imprimantes HP existantes ainsi que les prochaines imprimantes basées sur la technologie ePrint seront les premières à offrir cette fonctionnalité d’impression directement depuis des appareils iOS.

    « AirPrint est la nouvelle architecture puissante d’Apple dédiée à l’impression et elle offre la même simplicité d’utilisation qu’iOS, puisqu’elle ne requiert pas de configuration, ni d’installation de pilotes d’impression ou de téléchargement de logiciels », déclare Philip Schiller, Apple’s senior vice president of Worldwide Product Marketing. « Les utilisateurs d’iPad, iPhone et iPod touch peuvent imprimer leurs documents ou photos simplement, en quelques pressions du doigt, et sans fil vers une imprimante HP ePrint ou une imprimante partagée sur un Mac ou un PC. »

    « Nous sommes ravis de travailler avec Apple pour rendre AirPrint disponible sur notre gamme d’imprimantes ePrint lancée cet automne, juste à temps pour les fêtes », déclare Vyomesh Joshi, executive vice president, Imaging and Printing Group chez HP. « L’une de nos priorités clés consiste à permettre à nos clients d’imprimer à tout moment et partout. Les utilisateurs d’iPad, iPhone et iPod touch vont adorer la facilité avec laquelle ils vont pouvoir imprimer grâce à nos imprimantes ePrint, et ainsi créer des documents de qualité, très rapidement. »

    AirPrint est conçu pour supporter une gamme étendue d’imprimantes, des modèles d’entrée de gamme jet d’encre jusqu’aux imprimantes laser de bureau. De plus, les appareils iOS 4.2 peuvent imprimer vers des imprimantes partagées via un Mac® ou un PC. Les imprimantes HP lancées cet automne et compatibles iOS 4.2 comprennent les imprimantes Photosmart, Officejet, Officejet Pro et LaserJet Pro series basées sur la technologie ePrint.

    *AirPrint fonctionnera avec iPad, iPhone 4, iPhone 3GS et iPod touch (troisième génération ou ultérieure).

    Apple conçoit les Mac, les meilleurs ordinateurs personnels au monde, ainsi que le système d’exploitation OS X, les suites iLife et iWork et des logiciels professionnels. Apple mène la révolution de la musique numérique avec ses iPod et l’iTunes Store en ligne. Apple a réinventé la téléphonie mobile avec son iPhone et son App Store révolutionnaires, et a récemment introduit le magique iPad, qui dessine l’avenir des appareils multimédias et informatiques mobiles.

    Contacts Presse :
    Jasmine Khounnala
    Apple
    01 56 52 97 48
    khounnala.j@euro.apple.com

    Anne-Lise Ibrahimoff
    Rumeur Publique
    01 55 74 52 18
    anne-lise@rumeurpublique.fr

    NOTE AUX RÉDACTEURS : Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site de relations avec la presse d’Apple ou d’appeler la Ligne Infos Médias au 01 56 52 96 91.

    © 2010 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, Mac, Mac OS, Macintosh, iPad, iPhone et iPod touch sont des marques d’Apple. Les autres noms de produits ou de sociétés mentionnés dans ce document appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

L iPad : le chainon manquant entre l iPhone et le Mac

  • Le management d’Apple l’a souvent laissé entendre ces dernières années : il y a sans doute un marché entre le smartphone et l’ordinateur portable. Mais pour Steve Jobs, la solution n’est pas un netbook « qui ne sont bons à rien » selon lui, mais une tablette.
    • Pour le cofondateur d’Apple, la solution se nomme iPad. Pas de surprise au niveau du design de l’objet, on a à faire à un gros iPod touch. Son interface est à mi-chemin entre le Mac et l’iPhone : un dock et des menus d’une part, un clavier virtuel et des logiciels qui se rapprochent du second.
    • L’iPad embarque une toute nouvelle version d’iTunes que l’on est tenté de qualifier de moderne. Elle embarque un lecteur YouTube et a été totalement repensée pour l’iPad.
    • Les logiciels auxquels nous sommes habitués sur l’iPhone comme Safari Mobile, iCal ou Mail ont été repensés pour l’iPad, mais conservent la même philosophie d’utilisation. L’objet a véritablement été pensé et conçu pour profiter au mieux d’Internet.
    • Les spécifications techniques
      Au niveau des spécifications techniques, l’iPad apporte son lot de surprises. C’est le premier appareil à embarquer un processeur Apple conçu par l’équipe de PA Semi. Il dispose de la puce A4 cadencée à 1 GHz. « Ca déménage », dixit Steve Jobs. L’iPad possède un écran 9,7″ multitouch (dalle IPS de 1024×768 à 132 ppi), pèse 680 grammes, et fait 1,27 centimètre d’épaisseur. L’appareil embarque 1000 capteurs pour assurer une bonne sensibilité multi-touch.
    • iPad possède un microphone, un haut-parleur, un connecteur Dock, une connexion Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 2.1 + EDR, d’un GPS (sur les modèles 3G+WiFi) couplé à une boussole numérique et d’un accéléromètre. L’iPad se synchronisera au Mac comme un iPod via un câble USB. D’autre part, il sera possible de le raccorder à un vidéo-projecteur.
    • L’iPad a un lien de filiation avec l’iPhone et l’assume complètement. Il sera capable d’exécuter des applications écrites pour l’iPhone. L’utilisateur aura le choix de les faire tourner soit en définition normale soit en doublant la taille des pixels.
    • Mais pour ceux qui veulent exploiter totalement le potentiel de l’iPad, Apple propose dès aujourd’hui un kit de développement adapté à son nouvel appareil. Celui-ci est gratuit, ne fonctionne que sur Mac et comprend un simulateur. Les développeurs iPhone ne devraient pas avoir trop de difficultés à s’y mettre, ce sont les mêmes outils de développement.
    • Afin de montrer le potentiel de son appareil, de nombreux éditeurs ont présenté des projets qu’ils ont réalisé en quelques jours. C’est le cas de Gameloft qui a fait un portage de clone de Halo « Nova » et d’Electronic Arts qui a fait la démonstration d’un jeu de baseball. Le New York Times a présenté une application native censée reproduire le confort de lecture de la version papier.
    • Mais l’application peut-être la plus intéressante, c’est Brush, une application qui permet de peindre et de faire de la retouche d’images avec l’iPad. Ce logiciel devrait à tous les coups être très populaire.
    • iBooks : la nouvelle plate-forme de téléchargement d’Apple
      Avant le début du special event, certains affirmaient qu’iBook était l’appellation idéale pour la tablette. Finalement, Apple a bel et bien décidé d’employer ce terme avec un ‘s’ en plus, mais pour autre chose : il s’agit de sa plate-forme de téléchargement permettant d’acheter des livres. La firme de Cupertino s’est mise d’accord avec les principales maisons d’édition (dont Penguin, Macmillion et Simon & Shuster) outre-Atlantique.
    • À certains égards, l’interface d’iBooks fait franchement penser à celle de Delicious Library. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’Apple a débauché ces dernières années deux cadres de Delicious Monster. On attend à vrai dire assez impatiemment la réaction du cofondateur de cette société, Wil Shipley, qui est connu pour son franc-parler.
    • Le prix d’un livre devrait osciller entre 7,99 $ et 14,99 $. L’utilisateur pourra choisir sa police, sa taille… Détail important : Apple utilise pour les livres qu’elle vend le format ouvert ePub.
    • iWork débarque sur l’iPad
      L’iPad ne sert pas uniquement à se divertir, Steve Jobs souhaite également que ce soit un outil qui permette de travailler. C’est pour cela qu’il a demandé à ses ingénieurs de porter iWork dessus. La suite d’Apple a entièrement été repensée pour utiliser au mieux l’iPad.
    • L’utilisateur pourra travailler sur des documents aussi bien en mode portrait qu’en mode paysage. Les documents bien entendu pourront être lu et édité sans le moindre problème sur Mac.
    • Chaque application d’iWork pour iPad sera vendue 9,99 $.
    • L’iPad vendu à un prix canon
      Si tous les modèles de l’iPad sont équipés du WiFi, seuls certains modèles seront équipés de la 3G. Apple a réussi à nouer un partenariat avec AT&T, alors que la rumeur voulait que Verizon soit le grand gagnant de la soirée, pour proposer des forfaits 3G au tarif agressif : 14,99 $ pour 250 Mo de données mensuelles, ou 29,99 $ pour de l’illimité. Et, fait rare, ces forfaits seront sans engagement, et incluront la connexion aux hotspots WiFi AT&T.
    • Toutes les iPad 3G seront vendues débloquées (Apple semble avoir retenu la leçon de l’iPhone), et la firme de Cupertino devrait nouer des partenariats du genre dans le reste du monde d’ici juin. Rappelons que de ce côté de l’Atlantique, les forfaits 3G illimités sont proposés autour des 40 € par mois, sauf séries limitées ponctuelles. L’iPad utilise les nouvelles micro SIM, ce qui ne manquera pas d’embêter les possesseurs actuels de forfaits 3G sur carte SIM « normale ».
    • Mais quel prix pour cette tablette ? De manière intéressante, ils ne sont pas si élevés que ça. Les modèles sans 3G seront ainsi proposés pour 499 $, 599 $ et 699 $ pour des capacités de 16, 32 et 64 Go. Pour les mêmes capacités, il faudra compter 629 $, 729 $ et 829 $ pour des modèles équipés de la 3G. Mais c’est sur la disponibilité qu’Apple a créé la surprise : l’iPad arrivera dans deux mois pour les modèles WiFi, trois mois pour les modèles WiFi + 3G.
    • La firme de Cupertino propose un certain nombre d’accessoires avec sa tablette, comme un Dock classique, mais surtout un Dock équipé d’un clavier compact, qui transformera cette tablette en petit ordinateur portable. La housse, à acheter en plus, lui donne l’apparence d’un gros livre, pourra se replier pour servir de support à la tablette, sur laquelle on pourra alors taper à dix doigts.
    • Gros iPhone, petit MacBook, cette iPad est véritablement entre deux mondes. Reste à voir si elle trouvera son public. Une chose est sûre, Apple se donne les moyens de réussir.

    Apple annonce que l’iPad (Wi-Fi) sera en vente le 3 avril aux États-Unis dans un premier temps. Le modèle Wi-Fi + 3G sera lui commercialisé à la fin du même mois. Les Américains pourront commander la dernière création d’Apple sur l’Apple Store à partir du 12 mars. Les deux modèles d’iPad seront disponibles à la fin avril en France, en Suisse, en Australie, au Canada, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Espagne et au Royaume-Uni. Apple prévoit ensuite d’étendre progressivement la commercialisation de son appareil à d’autres pays (dont la Belgique).

    • ( source : www.macgeneration.com )

Nexus One l anti IPhone de Google

  • Google a enfin dévoilé son premier smartphone maison, le Nexus One, propulsé par son OS mobile Android. Grâce à ce « super téléphone », la firme de Mountain View compte bien croiser le fer avec l’iPhone, les BlackBerry et Nokia.
  • Le premier Google Phone, sous Android 2.1 a été présenté ce mardi 5 janvier par la firme de Mountain View lors d’une conférence de presse californienne et commercialisé dans la foulée aux Etats-Unis. Ambitieux, Google a qualifié son Nexus de “super téléphone”
  • Depuis quelques jours, le Nexus One n’est plus un mystère : plusieurs photos et vidéos ont dévoilé ses spécifications techniques.
  • Ce smartphone, nouveau concurrent de l’iPhone, pourvu d’un écran tactile mais sans multi-touch de 3,7 pouces (plus grand que l’iPhone) et intégrant un processeur SnapDragon de Qualcomm cadencé à 1 GHz, est fabriqué par HTC. Précisons aussi que, comme prévu, le Nexus One propose un appareil photo de 5 Mégapixels, un module GPS, et dispose de 512 Mo de mémoire RAM, de 512 Mo de Rom et embarque une carte mémoire microSD d’une capacité de 4 Go, extensible jusqu’à 32 Go.
  • Rappelons que le constructeur taïwanais est un fervent partisan de l’OS mobile Android développé par Google : il avait en effet été le premier à distribuer un smartphone maison, le G1, fin 2008, propulsé par ce système d’exploitation open source.
  • Les mobinautes pourront se procurer le Nexus One via un site Internet mis en place par Google. Il sera ainsi vendu nu, aux Etats-Unis, autour de 530 dollars. Mais il sera également possible de se le procurer, toujours sur le Web, auprès d’un opérateur mobile partenaire, comme T-Mobile aux USA, qui le couplera à un abonnement de 79 dollars par mois. Le Google Phone reviendra alors à 180 dollars.
  • En France, dont la date d’arrivée du Nexus One n’est pas encore connue, le smartphone de Google devrait être disponible en avant-première chez SFR, couplé à un abonnement d’environ 50 euros. Il sera alors alors proposé aux clients de l’opérateur français pour un peu moins de 200 euros.
  • En associant son OS mobile maison à son propre terminal, Google entre sur le créneau actuellement bien occupé par Apple (iPhone), RIM (BlackBerry) et Nokia (Symbian). Reste que la firme de Mountain View s’attaque à des géants du marché des smartphones et devra batailler ferme pour s’imposer comme un véritable “iPhone killer”.
  • Selon le cabinet Gartner, au troisième trimestre 2009, le smartphone d’Apple a représenté 17,1% des smartphones commercialisés dans le monde, contre 12,9% il y a un an, soit une progression de près de 50%.
  • Toutefois, Google compte bien sur son OS mobile Android, présent chez plusieurs constructeurs comme HTC, Samsung, Acer, Sony Ericsson ou LG, pour séduire les mobinautes. Absent de ce marché il y a encore un an et demi, Android a enregistré une part de marché de l’ordre de 3,3% au troisième trimestre.
  • Le cabinet Gartner estime même qu’Android devrait devenir le deuxième OS mobile le plus populaire d’ici 2012, derrière Symbian de Nokia, mais largement devant Windows Mobile.
  • Tags :

Risposte graduee pour les pirates d Internet

  • La réforme se met en place. Les premiers avertissements pourraient être adressés aux contravenants début 2010.
  • Après des mois de débats entre les fervents défenseurs des droits d’auteur, représentés par les industries musicale et cinématographique, et les farouches opposants à toute entrave à la liberté de circulation des oeuvres sur Internet, il aura fallu deux lois pour fixer le régime de protection des oeuvres littéraires et artistiques sur Internet. Le point sur les sanctions désormais encourues en cas de téléchargement illégal.
  • Création d’une haute autorité
  • Une autorité publique indépendante a été créée : la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). Elle a notamment pour mission d’encourager le développement de l’offre légale, d’observer l’utilisation licite et illicite sur Internet des oeuvres auxquelles est attaché un droit d’auteur et de protéger ces oeuvres.
  • Pouvoirs d’investigation. L’Hadopi dispose d’agents oublics assermentés chargés d’examiner les faits de piratage qui lui sont soumis. Ils peuvent obtenir tous documents, quel qu’en soit le support, y compris les données traitées par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI), à savoir l’identité, l’adresse postale, l’adresse électronique et les coordonnées téléphonique de l’abonné dont l’accès à Internet a été utilisé pour reproduire et mettre à la disposition du public des oeuvres protégées sans l’autorisation des titulaires des droits (ex. : peer-to-peer).
  • Deux e-mail d’avertissement
  • L’Hadopi peut :
  • – lorsqu’elle est informée de faits de piratage, envoyer à l’internaute contrevenant, un mail lui enjoignant de respecter la loi, l’avertissant des sanctions encourues et l’informant sur l’offre légale ;
  • – lorsque cet internaute récidive dans les 6 mois, lui adresser un deuxième mail d’avertissement qui est alors doublé par lettre recommandée.
  • Intervention du juge
  • Procédure pénale allégée. L’internaute pirate peut ensuite être poursuivi devant le tribunal correctionnel en formation restreinte (un juge unique suffit).
  • Suspension d’abonnement. Outre les sanctions classiques du délit de contrefaçon (au plus 3 ans de prison et 300 000 € d’amende), l’internaute risque une suspension d’un an maximum de son abonnement à Internet. Si l’abonnement inclut d’autres services (ex. : aussi la TV et le téléphone), la suspension ne s’applique pas à ces services.
  • Le juge se prononcera au vu des circonstances, de la gravité des faits, de la personnalité de l’internaute, de son activité professionnelle et de sa situation économique. S’il est condamné, l’internaute ne pourra, pendant tout ce temps, s’abonner chez un autre opérateur. Même s’il ne bénéficie plus du service, il devra a priori continuer à payer son abonnement et, s’il le résilie, ce sera à ses frais. n
  • Sources. Loi Hadopi I 2009-669 du 12 juin 2009, JO du 13 ; loi Hadopi II 2009-1311 du 28 octobre 2009, JO du 29.

( source : www.les-experts-comptables.com )

Le guide du cyberacheteur 2010 est sorti

    • Le guide du cyberacheteur 2010 est sorti
    • De la commande à la livraison, en passant par les comparateurs, le droit de rétractation ou encore les solutions en cas de problème, tous les droits des consommateurs en matière d’achat sur Internet sont sur le guide « Achats en ligne, suivez le guide… ».

      Edité par la Forum des droits de l’Internet (FDI), en partenariat avec l’Institut national de la consommation (INC), l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), ce guide constitue une bonne synthèse des droits et obligations en matière de e-commerce. En suivant les étapes de la commande, l’internaute débutant ou confirmé, apprend à bien utiliser l’internet pour réaliser ses achats.

      À télécharger sur : http://www.foruminternet.org/IMG/pdf/Forum-2010-145x208_VF.pdf

    Brèves2009-11-19

    Bienvenue ! –> N° APPEL UNIQUE DE NOS CABINETS 01 82 83 14 00

     

    Blogs lies : Mon blog d’un expert-comptable à Paris
    Mon blog sur le Mac
    Mon blog pour les comités d’entreprises
    Mon premier blog


    Sites lies :

    COMPTA .NET 90P
    COMPTA .BIZ
    compta .eu

    bohdanowicz .com

    commissaire aux comptes .biz
    commissaire aux comptes .tv
    commissaire aux comptes .name
    commissaire aux comptes .be

    bilan comptable .biz/
    bilan comptable .info/
    bilan comptable .org/
    bilan comptable .eu/
    bilan comptable .tv/
    bilan comptable .pro/
    bilan comptable .name/
    bilan comptable .me/
    bilan comptable .be/
    bilan comptable .mobi

    bilan comptable Paris .pro
    bilan comptable Paris .name
    bilan comptable Paris .me
    bilan comptable Paris .fr
    bilan comptable Paris .eu
    bilan comptable Paris .info
    bilan comptable Paris .biz
    bilan comptable Paris .org
    bilan comptable Paris .net
    bilan comptable Paris .com
    bilan comptable Paris .be

    expert comptable .biz
    expert comptable .me
    expert comptable .name
    expert comptable .mobi

    expert comptable – paris .net

    expert comptable 75 .be
    expert comptable 75 .biz
    expert comptable 75 .com
    expert comptable 75 .eu
    expert comptable 75 .fr
    expert comptable 75 .info
    expert comptable 75 .net
    expert comptable 75 .org

    expert comptable paris .com
    expert comptable paris .name
    expert comptable paris .me
    expert comptable paris .mobi
    expert comptable paris .pro

    experts comptables .name
    experts comptables .me/
    experts comptables .pro

    experts comptables 75 .be
    experts comptables 75 .com
    experts comptables 75 .fr
    experts comptables 75 .info
    experts comptables 75 .net
    experts comptables 75 .org
    experts comptables 75.eu R3
    experts comptables 75 .biz R3

    Expert-comptable – commissaire – aux – comptes .net

    LES – EXPERTS – COMPTABLES .COM

     

    VIDEOMAG.NET R3 90P

    CABINET – COMMISSAIRES – AUX – COMPTES .COM
    CABINET – COMMISSAIRES – AUX – COMPTES .NET

    commissaire aux comptes .mobi

    commissaire – aux – comptes .be

    commissaire – aux – comptes – france .com R2
    commissaire – aux – comptes – france .fr R
    commissaire – aux – comptes – france .net R

    commissaire aux comptes paris .org
    commissaire aux comptes paris .info
    commissaire aux comptes paris .fr
    commissaire aux comptes paris .eu
    commissaire aux comptes paris .com
    commissaire aux comptes paris .biz
    commissaire aux comptes paris .be

    commissaires – aux – comptes .eu

    commissaire aux apports .org
    commissaire aux apports .net
    commissaire aux apports .info
    commissaire aux apports .fr
    commissaire aux apports .eu
    commissaire aux apports .com
    commissaire aux apports .biz
    commissaire aux apports .be

    commissaire aux apports paris.be
    commissaire aux apports paris.biz
    commissaire aux apports paris.com
    commissaire aux apports paris.eu
    commissaire aux apports paris.fr
    commissaire aux apports paris.info
    commissaire aux apports paris.net
    commissaire aux apports paris.org

    cabinet – comptable .be

    CABINET – EXPERT – COMPTABLE .BIZ
    CABINET – EXPERT – COMPTABLE .FR R
    CABINET – EXPERT – COMPTABLE .NET

    CABINET – EXPERTS – COMPTABLES .NET

    compta – en – ligne .biz R
    compta – en – ligne .info

    expert comptable – ce .eu R
    expert comptable – ce .net R3
    expert comptable – ce .fr R3
    expert comptable – ce .biz
    expert comptable – ce .info
    expert comptable – ce .org
    expert comptable – ce .com R
    expert comptable – ce .be R

    expert – comptable – ce .fr R

    experts comptables paris .name/
    experts comptables paris .me/
    experts comptables paris .pro


    EXPERT – COMPTABLE .COM .FR 90P

    cabinets-comptables-paris .eu R
    cabinets-comptables-france .eu R

    experts-comptables-paris .org R
    experts comptables france .eu

    expert-comptable-paris .org R
    expert comptable-paris .net

     

    cabinets comptables.com 90P

    cabinets comptables .be
    cabinets comptables .biz
    cabinets comptables .eu
    cabinets comptables .fr
    cabinets comptables .info
    cabinets comptables .net
    cabinets comptables .org

    comptables paris .com
    comptables paris .net
    comptables paris .info
    comptables paris .fr
    comptables paris .eu
    comptables paris .biz
    comptables paris .be
    comptables paris .org

    les comptables .biz
    les comptables .org
    les comptables .info
    les comptables .fr
    les comptables .eu
    les comptables .net

    accounting online home.fr 1&1
    experts – comptables – france .com
    experts – comptables – france .net
    experts – comptables – france .fr

    expert – comptable – france .net
    expert – comptable – france .fr
    expert – comptable – france .com

    commissaires – aux – comptes – france .net
    commissaires – aux – comptes – france .fr
    commissaires – aux – comptes – france .com


    expert – comptable – comite – entreprise .com 1&1
    expert – comptable – comite – entreprise .fr
    expert – comptable – comite – entreprise .net
    expert – comptable – comite – entreprise .info
    expert – comptable – comite – entreprise .eu

    experts comptables .biz
    experts – consultants .net

    audit – accountancy .com

    commissaire – aux – comptes .name
    commissaire – aux – apports .info R
    commissaires – aux – comptes .name R


    s139975523.onlinehome.fr 1&1
    commissaire – aux – apports .com
    commissaire – aux – apports .net R2
    commissaire – aux – apports .fr R2

    cabinets – comptables .name
    cabinet – comptable .name

    cabinets – comptables – online .name
    cabinet – comptable – online .name

    experts – comptables .name
    expert – comptable .name

    experts comptables – paris .eu

    experts – comptables – online .net
    expert – comptable – online .net

    experts – comptables – Paris .info


    CABINET COMPTABLE .NET 90P
    cabinet comptable .com
    cabinet comptable .fr
    cabinet comptable .name/


    Bohdanowicz .fr
    Michel BOHDANOWICZ .FR

    WEB GESTION .COM 90P
    audit – france .eu R
    web compta .eu R
    cabinet – audit .eu

    WEBGESTION.NET 90P R

    Expert – comptable – commissaire – aux – comptes .com

    mbohda.google pages .com

    MBOHDA. FREE .FR
    PERSO ORANGE .FR / CABINET BOHDANOWICZ


    ENGLISH GESTION .COM
    chartered – accountants – france .eu

    ESPANOL GESTION .NET
    asesor – contable – fiscal .eu
    auditores – asociados .eu
    auditores – cuentas .eu
    censor – jurado .eu

    Apple : Steve Jobs a repris le travail

    • (source : lefigaro.fr)
    • Le groupe confirme le retour de son patron emblématique, après cinq mois de congé maladie et une greffe du foie.
      Steve Jobs, le patron emblématique d’Apple est de retour au travail. Le co-fondateur de la firme à la pomme «vient à Apple quelques jours par semaine et travaille de chez lui le reste du temps», a indiqué Steve Dowling, un porte-parole. «Nous sommes contents de le voir revenir» a-t-il ajouté. Jobs avait déjà manifesté son retour via un communiqué sur le succès de la dernière version de l’iPhone, le 22 juin.
    • Cette annonce coïncide avec le terme du congé maladie de Steve Jobs, qu’il avait annoncé en janvier dernier, quelques jours après le traditionnel salon Macworld. L’année dernière, la forte perte de poids de Jobs avait soulevé des inquiétudes sur sa santé. Les spéculations allaient bon train, évoquant même une résurgence de son cancer du pancréas qu’il avait réussi à surmonter en 2004. Un peu avant le Macworld, Steve Jobs affirmait qu’il souffrait d’un «désequilibre hormonal». Après le salon, il mettait fin aux rumeurs et annonçait un congé de 5 mois, expliquant que ses problèmes de santé étaient «plus complexes» qu’il ne pensait. La semaine dernière, un medecin a révélé que Steve Jobs avait subi une greffe du foie, sans en préciser la raison, mais en indiquant que son pronostic était «excellent».
    • Durant toute cette période, c’est Tim Cook, directeur des opérations, qui a assuré la gestion de l’entreprise. Et Apple n’a pas arrêté d’innover pour autant. La société a dévoilé son nouvel iPhone, entre autres mises à jour de sa gamme de iMac, de MacBook Pro et d’un projet d’iPod à commandes vocales. L’absence de Jobs, qui a été derrière tous les succès de l’entreprise ces dernières années, n’a également pas dissuadé les investisseurs puisque l’action Apple a grimpé de 65% depuis le jour de son départ en congé.

    STRATEGIE

    Un article sur notre cabinet publie par Macgestion.com



    • Juillet 2005 : UN ARTICLE SUR NOTRE CABINET PUBLIE PAR MACGESTION.COM

    • expert-comptable
      Michel Bohdanowicz est expert-comptable et spécialiste du Mac! Son cabinet est en effet équipé en Mac depuis sa création en 1988. Sa passion pour les technologies l’a poussé à écrire des articles sur des logiciels de comptabilité dans plusieurs revues Mac. Michel Bohdanowicz est également très actif dans le monde expert-comptable puisqu’il est également vice-président délégué du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables et responsable de la commission informatique du syndicat « Experts-Comptables de France« .
    • MacGestion : Pouvez-vous nous présenter votre cabinet et votre découverte du Mac?
    • Michel Bohdanowicz : J’ai découvert le Mac en 1986, un Mac 128 si je me souviens bien. J’ai créé le cabinet fin 1988. Nous travaillons sur deux sites, le premier dans les hauts de seine, à Garches, et le deuxième en Guadeloupe. Les deux site sont reliés par un tunnel VPN. C’est un cabinet de moins de 10 personnes avec environ 120 clients, dont beaucoup de TPE. Alors que 3 ou 4% des entreprises doivent travailler sur Mac en France, 20 à 30% de nos clients travaillent sur Mac!
    • Expert-comptable sur Mac : Michel Bohdanowicz
    • MG : A quoi c’est dû?
    • MB : Déjà, qui se ressemble s’assemble! non, je pense déjà que les entreprises travaillant sur Mac cherchent des experts-comptables travaillant aussi sur Mac. Et puis, lorsque mes clients me demandent conseil, je leur parle du Mac.
    • MG : Votre site web était un des touts premiers sites d’expert-comptable?
    • Oui, je pense. J’ai commencé à travailler sur internet en 1995, à l’époque on était pas nombreux! J’ai ensuite créé mon site compta.net en 1998. On devait être à peine une dizaine à ce moment là. Ne serait-ce que parce-qu’à l’époque on ne savait pas encore si les experts-comptables auraient le droit de faire des sites web. Depuis août 1998, il n’y a plus de soucis puisque l’ordre supérieur des experts-comptables a pris un avis comme quoi les experts-comptables avaient le droit de faire leur propre site web, celui-ci n’étant pas considéré comme de la publicité (NDLR les experts-comptables n’ont pas le droit de faire de la publicité).
    • un eMac chez un expert-comptable..
    • MG : Vous avez écrit également des articles dans des revues spécialisées?
    • MB : Oui, j’étais donc installé depuis 1988 et à l’Apple Expo j’avais rencontré une personne sympa sur un stand qui tenait un journal qui s’appelait icônes. Je lui avais proposé alors d’écrire des articles sur des logiciels de comptabilité et c’est comme ça qu’en 1991 j’ai écrit un comparatif des logiciels de comptabilité Mac. En 1992, j’ai fait un dossier sur les logiciels de paye et en 1993 je crois, un dossier sur les logiciels de comptabilité libérale Mac. Ces dossiers sont encore consultables sur mon site et d’ailleurs le dossier sur la compta libérale, bien qu’il ne soit plus actualisé depuis 1993, est toujours très regardé! ce qui prouve que beaucoup de professions libérales tiennent leur compta sur Mac.
    • MG : Vous travaillez toujours sur Mac?
    • MB : Lorsque je me suis mis à mon compte, j’ai acheté un Mac + et une imprimante laser pour travailler. L’imprimante laser m’avait d’ailleurs coûté à l’époque plus cher que le Mac!
    • Je travaille toujours sur un Powerbook, et toutes mes collaboratrices ont un Mac comme poste principal. Par contre, beaucoup d’applications métiers dans mon secteur d’activité tournent sur Windows, j’ai donc également deux serveurs Windows TSE et pour certains progiciels, j’utilise alors mes Mac comme clients légers du serveur Windows.
    • MG : Lorsque vous vous êtes installé, il y avait déjà de bons logiciels sur Mac?
    • Oui, j’ai commencé en 1988 avec Maestria 2 pour la compta et MacPaye pour la gestion des salaires. Maestria 2 a ensuite était complètement réécrit pour pouvoir fonctionner en double environnement Mac-Pc. C’est ainsi qu’est né Maestria 3 mais cette réécriture a quasiment tué le produit. Son éditeur, Microland, a alors été vendu à Saari, gros acteur français de la gestion à l’époque, qui lui-même a été racheté par Sage, qui a ainsi commencé sa croissance externe en France.
    • Pour la petite histoire, les lignes de produits actuelles 30 et 100 de Sage, que l’on a maintenant sur PC et Mac, sont les héritiers directs de Maestria 3 développé sur Mac. Les logiciels Sage 30 et 100 ont d’ailleurs les mêmes fichiers quelque-soit la plateforme utilisée: Mac ou Windows. J’ai d’ailleurs certains clients qui travaillent sur Sage PC et j’ouvre directement leurs fichiers, sans problème, directement sur mon Mac avec la version Mac de Sage. La seule condition est d’avoir, bien sûr, la même version du logiciel (par exemple Sage v13 PC et Sage v13 Mac).
    • serveur mac et windows chez un expert-comptable
    • C’est le développeur indépendant de Maestria 2, Eric Adam, qui a créé Meteor. Meteor Compta était vraiment rapide et adapté aux machines de l’époque. Il s’est rapidement imposé comme étant la référence en comptabilité et gestion sur Mac. Mais le cap de l’euro et l’an 2000 était complexe et Eric Adam a du se résoudre à vendre Meteor au groupe Sage.
    • Il y a aussi les logiciels Ciel. A l’époque la société était indépendante et s’appelait Aquarios. ils étaient connus pour leur logiciel de paye Europaye. Aquarios avait une très bonne équipe de développeurs Mac, c’est pour cela que les logiciels Ciel Mac sont de très bonne qualité. Mais ils ont été racheté, eux aussi!, par le groupe Sage, en même temps que le rachat de Ciel. Je crois même que le responsable et développeur principal d’Aquarios est devenu maintenant le chef de toute l’équipe de développement de Ciel, y compris donc du développement windows. C’est dire la qualité des programmeurs Mac!
    • Sur Mac, on utilise aussi maintenant les logiciels Cogilog pour les liasses fiscales et la TVA. Cogilog est maintenant un des derniers éditeurs indépendants proposant des solutions Mac. Ce qui est intéressant avec Cogilog, c’est qu’il a repris l’idée d’une base de données commune, pour les versions OS X, à l’ensemble des applications de gestion. Un peu ce que font sur PC Cegid et Sage-coala.
    • L’avantage de Cogilog est qu’ils sont très réactifs. Quand on leur signale un problème ou une amélioration intéressante à apporter, Cogilog réagit, en général, rapidement.
    • powerbook et expert-comptable !
    • Les logiciels Ciel Mac sont très puissants également, c’est dommage qu’il n’y ait pas eu de mise à jour depuis un moment. Mais ils sont tellement puissants qu’à une époque où des clients voulaient passer de Meteor PC à Ciel PC, je passais par les modules d’import/export de Ciel Compta Mac pour effectuer le transfert! (ça m’arrive encore de le faire).
    • Il y a aussi des logiciels spécialisés comme Spaietacle, un logiciel de paye conçu spécialement pour les entreprises du monde artistique, c’est un très bon logiciel dans sa catégorie.
    • MG : Les éditeurs proposent-ils des solutions Mac adaptées aux experts-comptables?

      MB : Il faut savoir que 60 à 70% des cabinets d’experts-comptables sont équipés par des SSII spécialisées qui proposent uniquement des solutions Windows. Les SSII en question, c’est par exemple le groupe Cegid, qui vient de fusionner (c’est en suspension pour l’instant) avec un autre grand de l’informatique de gestion, CCMX. Ils ont aussi dans leur giron Quadratus et Etafi. Donc rien que Cegid représente une grosse part de marché dans le milieu de l’équipement des experts-comptables, mais ils ne proposent que des solutions PC..
    • Le deuxième grand groupe majeur dans l’équipement des cabinets est Sage-Coala. Sage est un groupe britannique qui est devenu très important grâce à une importante croissance externe. C’est eux qui ont par exemple racheté, entre autres, la société Méteor, bien connue sur Mac. Ils ont aussi acheté un autre acteur de la comptabilité libérale, Coala.
    • Dans le milieu de la comptabilité libérale, on se trouve donc face à deux gros mastodontes, les groupes Cegid et Coala. Et aucun ne propose de solution Mac pour les experts-comptables.
    • MG : Et le marché de l’ASP?
    • MB : Oui, je l’ai suivi depuis le début. J’ai même fait une conférence là-dessus, en 2001 je crois, dans un de nos congrès d’experts-comptables. Mais ça démarre beaucoup plus lentement que prévu. Déjà, il faut avoir une connection internet vraiment permanente. Et puis, il y a surtout encore beaucoup de freins psychologiques. Selon les éditeurs, ça représente entre 3 et 5% du marché. C’est dommage parce-que pour le marché Mac, cela pourrait être très intéressant.
    • Je rappelle qu’avec un vrai ASP, on devrait pouvoir saisir ses données d’un navigateur, que l’on soit sur Windows, Mac ou Linux. Cela pourrait donc apporter beaucoup de nouvelles applications sur Mac. Mais dans les faits, ces applications ASP demandent souvent l’installation d’un petit logiciel uniquement windows..
    • Souvent, sur les salons, je voie des solutions soit disant « full web » mais lorsque j’essaye de me connecter de mon Mac, il y a souvent des incompatibilités.
    • MG : il y a beaucoup d’experts-comptables sur Mac?
    • MB : Disons que sur les 16 000 experts-comptables exerçant en France, il doit y avoir 400 ou 500 experts travaillant sur Mac. Ce qui est pas mal quand même! il y a donc un maillage d’experts-comptables travaillant sur Mac sur tout le territoire. Il faut pas hésiter à les chercher un peu.
    • C’est important d’avoir de bons logiciels de gestion sur Mac, mais il est important d’avoir aussi des experts-comptables travaillant sur Mac et connaissant bien cette plateforme. Combien de fois j’ai vu des confrères conseiller un PC à des clients travaillant sur Mac! une étude de Sage indiquait que 70% des entreprises faisaient confiance en leur expert-comptable pour le choix de leur logiciel de gestion/comptabilité. S’il n’y avait plus d’experts-comptables travaillant sur Mac, la part de marché du Mac dans les entreprises risquerait de chuter.
    • mac et expert-comptable
    • MG : On sent encore une grande inertie dans les entreprises qui utilisent encore des logiciels parfois anciens, qu’en pensez-vous?
    • MB : Je suis persuadé que plus de 10 ans après sa commercialisation, il y a encore des entreprises qui utilisent Maestria 2! Même au niveau de mes confrères, il y en a encore beaucoup qui travaillent sur Mac OS 9. Je pense que le message à faire passer maintenant, c’est que Mac OS X Panther est parfaitement fiable et très efficace en production (j’attend d’avoir un peu de recul pour Tiger). Je suis le premier à dire que lorsque l’on a un logiciel qui fonctionne bien et qui est efficace, il faut le garder! mais il faut évoluer avec son temps et les autres sociétés. Et travailler en 2005, sur OS 9, avec Maestria ou Meteor, ce n’est pas sérieux.
    • PodCast Interview Michel Bohdanowicz Expert-Comptable